Categories
Belgique

Mieux lutter contre les espèces exotiques envahissantes

Mieux lutter contre les espèces exotiques envahissantes

L’Etat fédéral, les Communautés et les Régions ont conclu un accord de coopération afin de prévenir et de gérer l’introduction et la propagation des espèces exotiques envahissantes. Cet accord organise la mise en œuvre en Belgique du Règlement européen sur les espèces exotiques envahissantes (EEE). Il est officiellement entré en vigueur en juillet 2020.
 
Les autorités belges entendent lutter contre la prolifération des espèces exotiques envahissantes par une triple action combinant prévention, détection précoce et éradication rapide. L’accord vise donc une approche globale et cohérente pour la mise en œuvre des dispositions du règlement européen. Il met en place la coordination et les échanges d’informations nécessaires entre les autorités compétentes.
  
Pour ce faire,  il prévoit la création de trois instances:

  • un Comité national des Espèces exotiques envahissantes qui est un organe exécutif. C’est le Comité qui élabore les propositions de décision nationale, comme par exemple la position belge sur la liste des espèces proposées par la Commission européenne;
  • un Conseil scientifique national des Espèces exotiques envahissantes, chargé de rendre des avis scientifiques comme par exemple, sur l’impact sur la biodiversité des espèces proposées pour ajout à la liste européenne des EEE;
  • un Secrétariat scientifique national des Espèces exotiques envahissantes qui soutient le Comité et le Conseil dans la mise en œuvre des actions dont notamment l’élaboration du plan d’action national relatif aux voies d’introduction des EEE.

L’accord de coopération définit les procédures nécessaires :

  • à l’échange d’expertise scientifique et de bonnes pratiques sur les espèces exotiques envahissantes en synergie avec la Plateforme belge de la Biodiversité (ex : érismature rousse);
  • au suivi du régime transitoire mis en place pour les animaux de compagnie qui font partie de la liste interdite (ex : tortue de Floride);
  • à la coordination des demandes de permis dérogatoires reçues pour importer et détenir une espèce, par exemple pour la conservation ex situ dans un zoo (ex : ragondin);
  • au suivi de la propagation d’espèces exotiques envahissantes sur le territoire national et aux actions de lutte menées par les régions (ex : frelon asiatique);
  • à l’élaboration d’objectifs communs de lutte (ex : plantes aquatiques, berce du Caucase).

Enfin, un site web national est créé dans le cadre de l’accord. Celui-ci rassemble toute l’information disponible sur les espèces exotiques envahissantes en Belgique :  http://www.iasregulation.be. Actuellement, 36 plantes et 30 animaux sont repris dans les listes européennes des espèces préoccupantes. Parmi ces espèces, 14 plantes et 15 animaux sont établies sur le territoire belge.
 
Un dossier de presse décrivant certaines espèces présentes en Belgique est disponible, illustrant l’importance d’avoir une approche globale au niveau belge.

Contacts (autorités compétentes pour la mise en œuvre du règlement en Belgique) :

Au niveau de l’état fédéral :
DG Environnement, Service Public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement
https://www.health.belgium.be/fr/animaux-et-vegetaux/biodiversite/les-especes-exotiques-envahissantes-une-menace-pour-la-biodiversite
 
En Wallonie :
Direction générale opérationnelle de l’Agriculture, des Ressources naturelles et de l’Environnement, Service Public de Wallonie
http://biodiversite.wallonie.be/invasives
 
En Flandre :
Agentschap voor Natuur en Bos, Vlaams Gewest
http://www.natuurenbos.be

En Région de Bruxelles Capitale :
Bruxelles Environnement / Leefmilieu Brussel
http://www.environnement.brussels ou http://www.leefmilieu.brussels

Source